Sonate 1704 — BIOGRAPHIES

Olivier Brault, violon baroque

Violoniste soliste et chambriste, détenteur d’un doctorat de la Faculté de musique de l’Université de Montréal portant sur la musique pour violon et basse continue en France, Olivier Brault s’impose comme étant une figure indispensable du milieu de la musique baroque.  Musicien à la fois sensible, rigoureux et versatile, improvisateur adroit, ses talents d’interprète et de directeur musical l’ont mené jusqu’à la danse et au théâtre. 

On retrouve son enthousiasme au coeur de nombreux ensembles et festivals connus autant à Montréal qu’à l’étranger : en 2007, le Quatuor Franz Joseph, dont il est premier violon, se vit décerner le Prix Opus du meilleur disque de l’année dans la catégorie « musique classique » avec des oeuvres de Henri-Joseph Rigel; il est Premier violon solo de l’ensemble du Festival Montréal Baroque et de l’Ensemble Caprice pour lequel il se produit aussi en solo; Avec l’ensemble Les Idées heureuses, il s’est fait remarquer en tant que soliste lors de concerts en France (invité par le Centre de musique baroque de Versailles à se produire au Château), en Allemagne, en Belgique et aux Etats-Unis; au printemps 2005, il est invité par l’Ensemble Arion à interpréter le cinquième concerto de Mozart lors des concerts de sa série montréalaise; en avril 2003, on le retrouve comme Premier violon solo de l’ensemble Capriccio Stravagante (Paris), pour l’enregistrement d’un disque d’oeuvres de Purcell et avec le même ensemble, il se produisit comme chambriste lors des Folles journées de la musique de Lisbonne; directeur musical de l’ensemble du Théâtre Lavallière et Jabot, il collabore avec la danseuse Marie-Nathalie Lacoursière dans la reproduction de divertissements français alliant théâtre, danse et musique, avec décors et costumes, tenant souvent lui-même un rôle de danseur; de 1998 à 2002, il fut membre du Trio Franz Joseph (avec Mireille Lagacé et Marcel Saint-Cyr) qui offrit aux montréalais l’intégrale des trios de Haydn sur instruments anciens; en tant que Premier violon solo et soliste avec l’Orchestre Baroque de Montréal, il se fit connaître autant à Montréal qu’en Turquie ou au Mexique; enfin, il a souvent l’occasion de travailler sous la direction des chefs réputés qui sont invités par les différents ensembles dont il fait partie.        

Habitué des ondes radiophoniques, autant en concert que sur disque (une quarantaine de titres, sous étiquettes Atma, Analekta, earlymusic.com, XXI et Teldec), Olivier Brault est aussi professeur de musique de chambre baroque au Conservatoire de musique de Montréal depuis 2003.  Il est membre du Conseil québécois de la musique, de Culture Lanaudière et de Greenpeace.

Olivier Brault est membre des organisations Équiterre et Greenpeace.

Mélisande Corriveau, basse de viole et violoncelle

Ayant déjà brillamment terminé au printemps 2002 un baccalauréat en flûte à bec à la Faculté de musique de l'Université de Montréal dans la classe de Francis Colpron, Mélisande Corriveau se taille maintenant une solide réputation à la viole de gambe, instrument qu'elle manie avec autant d'intelligence et de virtuosité. Ayant précédemment abordé le violoncelle moderne (classe de Denis Brott, CMM) puis baroque, elle poursuit maintenant des études de maîtrise en viole de gambe sous la direction de Margaret Little (UdeM). Originaire de la Montérégie québécoise, elle se produit sur les scènes locales et internationales avec des ensembles de renom comme Les Voix humaines, le Studio de musique ancienne de Montréal, Les Idées heureuses, Les Boréades, Les Voix baroques, La Chapelle de Montréal, l'ensemble Masques dont elle est membre régulière, ainsi que Capriccio Stravagante (Paris). On a pu l'entendre aussi lors des éditions 2003 et 2004 du Festival Montréal baroque, sur les ondes de Radio-Canada / CBC, ainsi que sur les étiquettes ATMA et Analekta où elle a contribué à l'enregistrement de plusieurs CD.

Musicienne raffinée et disponible, Mélisande Corriveau relève les défis avec enthousiasme, au service d'une musique qui la passionne et pour le plaisir de ceux qui l'écoutent.

Dorothéa Ventura, clavecin

Artiste polyvalente, Dorothéa Ventura se produit comme chanteuse, claveciniste,danseuse et comédienne au sein des plus prestigieux ensembles d’ici et d’ailleurs dont l’Opéra de Montréal, Les Violons du Roy, la Chapelle de Québec, l’Orchestre Métropolitain, Les Idées heureuses, l’Ensemble Arion, Le Concert Spirituel (Paris), Tafelmusik (Toronto) ainsi que dans plusieurs festivals internationaux. Plusieurs productions auxquels elle a participé ont été récompensés (Prix Opus, Juno).

En plus d’avoir enregistré une douzaine de disques, prêté sa voix pour diverses pièces de théâtre, films et chorégraphies, on peut régulièrement l’entendre à la radio.

En tant que claveciniste, elle collabore avec le violoniste Olivier Brault à la création de l’ensemble Sonate 1704, visant à redécouvrir  les sonates pour violon en France au 18e siècle.

Comme chanteuse, elle a cofondé l’ensemble ALKEMIA (finaliste au Early Music America Competition à New York en 2006 et 2009) favorisant l’exploration de la musique vocale a cappella de tous pays et périodes.

Elle est coach pour chanteurs professionnels (occasionnellement pour l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal) et a assisté les chefs Yannick Nézet-Séguin, Hervé Niquet et Andrew Parrott à l’Opéra de Montréal et à l’Opéra Atelier de Toronto. 

Diplômée en danse classique à l’École supérieure de danse du Québec, puis d’interprétation et création en danse moderne à l’UQAM, elle oeuvre principalement en danse baroque. Elle est membre depuis 2009 de la troupe de danse baroque Les Jardins chorégraphiques.

Déjà jeune comédienne dans des productions étudiantes, Dorothéa Ventura a depuis participé professionnellement à quelques productions de théâtre au Québec, Canada, États-Unis et en Europe. Elle se perfectionne en jeu théâtral depuis deux ans aux Ateliers Danielle Fichaud. 

Bientôt, au cinéma, elle tiendra les rôles principaux dans deux courts métrages. Elle incarnera aussi Angélique dans Le malade imaginaire de Molière au Toronto Mask Theater en mai 2010 et Soeur Sophia dans La mélodie du bonheur, mise en scène de Denise Filiatrault au Festival Juste pour rire 2010.   [10.01.19]